.

Les Derniers Articles

Commentaires récents

Il n'y a pas de commentaire

Passage à l'heure d'hiver: les impacts sur notre sommeil

Passage à l'heure d'hiver: les impacts sur notre sommeil

Sujette à de nombreux débats houleux depuis des années, le changement d'heure, en particulier celui d'hiver, est plus ou moins bien vécu par chacun de nous. Petit tour d'horizon des effets réels d'une mesure impopulaire et remise en cause mais qui perdure encore pour cet automne 2018.

Une heure de sommeil en plus avec l'heure d'hiver

La bonne nouvelle, c'est qu'on va dormir une heure de plus cette nuit ! En effet, à 3 heures du matin, il sera 2 heures. Nos smartphones et montres connectées passeront à la nouvelle heure automatiquement tandis qu'il nous faudra régler au lever nos horloges et réveils. Ainsi, si vous avez prévu de vous réveiller pour 9 heures, votre réveil sonnera à ce qui aurait été 10 heures sans changement d'heure. De quoi traîner au lit sous la couette ! Voici un petit film explicatif pour enfin comprendre le changement d'heure ICI.

Le hic, c'est que ce décalage s'applique sur toute la journée et donc bien sûr les journées faisant toujours 24 heures, la nuit va tomber plus tôt. Plus exactement, l'heure du coucher du soleil sera avancée d'une heure. Nous allons sortir du travail et il fera déjà quasiment nuit. Et là, c'est moins fun pour notre organisme et induit un impact réel sur notre métabolisme. Passage en revue des incidences relevées par différentes études sur le changement d'heure.

Des risques de trouble du sommeil ou de l'appétit

Notre organisme se trouvant confronté à un chamboulement dans ses rythmes habituels, peut manifester son dérangement par des troubles dans la qualité de notre sommeil ou même dans notre appétit au moment de passer à table.

Côté sommeil, tout simplement parce-qu'il sera l'heures d'aller dormir plus tôt et d'un coup. Or aller se coucher sans avoir sommeil est le scénario idéal pour tourner et se retourner dans son lit, avoir trop chaud sous sa couette et il faudra lutter contre les difficultés d'endormissement. D'autre part, le froid accompagnant le changement d'heure d'hiver, nous avons parfois tendance à mettre le chauffage trop fort face aux premières vagues de froid, ce qui créée un terrain propice aux insomnies, aux réveils nocturnes, aux sensations de bouffées de chaleur pendant la nuit. Le choix de l'indice de chaleur de la couette est primordial pour bien dormir mais la bonne température de la chambre l'est tout autant.

Bien dormir en hiver

Côté repas, là aussi le décalage peut se faire ressentir puisque notre métabolisme sera confronté au fait de devoir petit-déjeuner, déjeuner et dîner plus tôt que d'habitude. D'où le sentiment de ne pas avoir faim et la baisse d'appétence pendant quelque jours, le temps que notre organisme se régule sur ces nouveaux horaires.

Un déphasage de l'horloge biologique

La capacité de l'être humain à s'adapter aux différents changements sur notre planète n'est plus à démontrer. Mais cette adaptabilité ou même résilience n'efface pas le fait que l'adaptation ne se fait pas sans mal. La lumière est un des signaux impactant notre rythme biologique. Avec un lever du soleil plus précoce et surtout un coucher de soleil avancé et la nuit très précoce, la libération des hormones préparant au sommeil se fait de manière anticipée et désynchronisée avec la nouvelle heure sociale normant nos vies actives ou d'écolier.

Les publics les plus atteints par ces effets induits par le passage à l'heure d'hiver sont les enfant et les personnes âgées car ces personnes sont dans un rythme de vie extrêmement cadré et encadré par des horaires: lever, toilette, repas, récréation, sieste, tout autant d'étapes quotidiennes pour lesquelles il faudra plusieurs jours de réadaptation après le changement d'heure.

Les adultes sont aussi confrontés à ce déphasage, notamment au travail où un déficit d'attention et une baisse de productivité peuvent se faire ressentir.

Le trouble affectif saisonnier (TAS)

Tout le monde n'est pas concerné de la même façon et ce trouble n'est pas directement lié au passage à l'heure d'hiver, mais plusieurs études ont démontré qu'à cette période de l'année où l'on rentre dans les saisons à faible ensoleillement, un terrain dépressif apparaît chez de nombreuses personnes. Cette dépression saisonnière n'affecte pas notre quotidien dans nos actes mais se traduit par des troubles de l'humeur rendant plus difficile à vivre le quotidien. Une supplémentation en vitamine D ou une cure de cocktail vitaminé pendant 1 mois et la luminothérapie peuvent être de bons moyens de lutter contre ce syndrome saisonnier. Bien entendu, si les symptômes persistent et amènent à un réel mal de vivre, alors il faut consulter son médecin.

Changement d'heure: fin de vie annoncée ?

La commission européenne s'est réunie en septembre 2018 et a remis en cause le système de changement d'heure instauré depuis 1940 en France. Celui-ci devrait s'arrêter en 2019. Le dernier changement d'heure devrait avoir lieu le 31 mars 2019. Cette proposition doit dans un premier temps être validée par le Parlement européen ainsi que le Conseil de l'UE. Par la suite, chaque pays devra choisir s'il souhaite rester à l'heure d'hiver ou l'heure d'été. Une enquête européenne en ligne à laquelle ont répondu 4 millions de personnes a dégagé une tendance pour la suppression du changement d'heure à 80%. Restera à chaque pays de la Communauté à consulter ses habitants pour savoir quand et à quelle heure (hiver ou été) le changera serait souhaité.

Posté le Oct 26, 2018
Posté dans Blog
Auteur La plume Castex

Laisser un commentaire