La représentation du sommeil dans la peinture
La représentation du sommeil dans la peinture

La représentation du sommeil dans la peinture

Catégories : Arts de vie & Plumes
Le thème du sommeil est souvent représenté dans les œuvres artistiques de peinture. Il faut reconnaître que cette activité nocturne inspire depuis longtemps les artistes mettant en scène des dormeurs. Enfants apaisés, jeunes filles endormies, vieillards tourmentés, les personnages nous emmènent dans un univers peuplé de rêves et de cauchemars. Les tableaux sur le sommeil reflètent ainsi les différentes croyances et peurs qui ponctuent l’histoire des nuits noires. Voici un tour d’horizon de la représentation du sommeil dans la peinture.

Les origines de la représentation du sommeil dans la peinture

Le rapport des Hommes au sommeil durant l’Histoire aide à se projeter plus facilement dans les tableaux représentant les dormeurs et les rêveurs.

À l’origine, le sommeil et les rêves durant l’Antiquité

Les premiers dessins autour du rêve et du sommeil sont réalisés en Égypte 1200 ans avant notre ère. À cette époque, dormir et rêver étaient considérés comme des états inconscients pendant lesquels les maladies pouvaient s’introduire dans les corps endormis. Les chevets et les appuis-tête servaient d’oreillers et protégeaient les individus qui dormaient.

Durant l’Antiquité, les vertus du sommeil sont clairement reconnues, mais la crainte de la mort reste prégnante. Par exemple, sur des calices du potier Euphronios, on peut admirer des dessins à l'effigie d’Hypnos (père de Morphée) et de Thanatos, représentation du sommeil et de la mort réalisés au Ve siècle av. J.-C. L’assoupissement et la mort ne sont pas si éloignés l’un de l’autre.

Le Moyen Âge et ses fantasmes autour de la nuit

À l’époque du Moyen Âge, les nuits sont synonymes de dangers, bien réels ou fruits de l’imaginaire des individus. La peur du noir reste présente et perturbe les nuits de repos avec un sentiment de vulnérabilité qui demeure. L’homme médiéval craint Satan, le loup et même les créatures imaginaires effrayantes qui hantent ses nuits. Il s’en remet alors à la religion pour demander protection. C’est à cette période que le sommeil se déroule en deux temps, avec une veille intermédiaire pour s’assurer que tout se passe bien.

Les Temps modernes et les évolutions autour du sommeil

Durant la Renaissance, la représentation du sommeil mêle encore l’imaginaire et le religieux. Dès le XVIIIe siècle, le sommeil commence à faire l’objet de recherches par le corps scientifique. Il intéresse également les premiers psychologues qui permettent de décrypter les temps de repos et leurs effets sur l’inconscient. C’est aussi pendant la Renaissance que les corps se dénudent au grand dam de la tradition chrétienne. Les peintres dessinent alors des corps nus allongés, sommeillant dans leur lit avec de subtils jeux de lumière.

L’époque contemporaine et l’accélération du rythme de vie

C’est l’arrivée de la lumière qui va bouleverser les rapports à la nuit et au repos. Cette lumière artificielle rassure dans les maisons avec l’arrivée des premiers lampadaires dans les rues. Les nuits deviennent alors réconfortantes et permettent de récupérer des journées de labeur. Avec la Révolution industrielle, les ouvriers travaillent même la nuit, ce qui éreinte les organismes. Enfin, l’arrivée des nouvelles technologies du début du XXIe siècle contribue à raccourcir les temps de repos. Les Hommes dorment moins de 6 heures par nuit et subissent des troubles du sommeil qui les empêchent de bien dormir.

Les peintres célèbres qui ont représenté le sommeil

Le sommeil a inspiré de nombreux illustres peintres.

Van Gogh avec La Méridienne (1889-1890)

Cette toile figure parmi les chefs d'œuvres de Van Gogh. Le peintre s’est inspiré d’un tableau de Millet pour livrer sa version à l’huile de La Méridienne. Fidèle à la France rurale de son époque, ce tableau de 1890 rayonne par sa lumière intense, jouant sur les nuances de bleu et de jaune. Ses personnages se reposent après le fauchage des blés à l’ombre d’une meule. Intitulé aussi La sieste, le tableau de l’artiste provençal apporte un sentiment de plénitude. Cette atmosphère est bien éloignée du contexte dans lequel se trouvait l’artiste au moment de la création puisque Van Gogh était enfermé dans un asile situé dans un monastère.

Rembrandt - Femme endormie, la tête dans ses mains, assise à une table (1653)

Autre style avec un tableau tout en nuance et sobriété de Rembrandt. La femme endormie, la tête sur ses mains, assise à une table interpelle tout de suite avec son jeu de lumière clair-obscur. L’artiste peintre baroque a peint ce portrait intimiste à la plume, jouant avec l’encre et le lavis brun. Résultat, les contrastes sont marqués et font ressortir à merveille l’expression humaine. Son dessin de femme qui sommeille montre l’épuisement que son modèle peut ressentir. Cette sieste improvisée en bout de table permet de reposer un corps las et de retrouver un semblant d’énergie.

Salvador Dalí - Le sommeil (1937)

Peintre surréaliste du XXe siècle, Salvador Dalí aime jouer avec le rationnel et l’inconscient dans ses mises en scène. Dans Le sommeil, le peintre catalan schématise « la monstruosité du sommeil comme une gigantesque tête pesante, avec un long corps fin maintenu en équilibre par les béquilles du réel ». Beaucoup de vulnérabilité se dégage de ce tableau où la tête lutte pour rester éveillée alors qu’elle n’aspire qu’à tomber dans le sommeil. Comme toujours, les peintures de Dalí représentent des univers où les détails à décrypter sont nombreux. La lumière est soignée et oscille entre la clarté du jour et la noirceur de la nuit. Voilà une vision singulière du sommeil à mi-chemin entre réalité et monde onirique.

Salvador Dalí : le sommeil

Henri Rousseau La bohémienne endormie (1897)

Le peintre Henri Rousseau a réalisé une toile au style naïf avec sa Bohémienne endormie. Dans un décor surréaliste, une femme gitane dort directement sur le sol, près de sa guitare, un bâton à la main. À ses côtés, un lion la dévisage sans l’attaquer. Ce tableau, réalisé à la peinture à l’huile, fascine le spectateur avec ses couleurs douces et la précision de ses traits. Le clair de lune est poétique tout en apportant une part de mystère. La suite de la scène reste à imaginer…

Le sommeil dans l'art contemporain

Parmi les tableaux en lien avec le sommeil, on trouve quelques artistes contemporains qui ont détourné le sujet pour proposer des mises en scène atypiques. Par exemple, l’artiste Virgile Novarina présente des œuvres sur le bien dormir par le biais de mises en scène étranges. Sa façon d’explorer artistiquement le sommeil interpelle puisque Virgile Novarina s’expose lui-même en train de dormir ! Il prend part à l'œuvre d’art. Depuis 2006, il réalise ses performances dans des lieux publics improbables : vitrines de grands magasins, galeries d’art et même musées. Cette position lui permet de noter les mots entendus ici et là ou les images qui lui viennent à l’esprit lors de ses explorations poétiques. Une façon bien originale d’inspirer les admirateurs lors de ses multiples expositions.

Le sommeil représente une source d’inspiration intarissable dans l’art. Il s’agit d’une belle façon de s’évader et de rêver devant des classiques ou des approches artistiques plus novatrices. Mais aussi de savourer le moment de rejoindre sa couette pour tomber dans les bras de Morphée afin de dormir la tête dans les étoiles.

A lire aussi : Le lit aime le cinéma

Partager ce contenu