Comment votre cycle menstruel peut générer des insomnies ?
Comment votre cycle menstruel peut générer des insomnies ?

Comment votre cycle menstruel peut générer des insomnies ?

Catégories : Mieux dormir
L’insomnie du cycle menstruel, voilà un sujet encore tabou, mais ô combien délicat ! La période des règles vient régulièrement bousculer notre quotidien, y compris pendant la nuit. Douleurs au ventre, seins, tête ou dos : ces nombreux désagréments nous empêchent souvent de dormir. Comment expliquer ces problèmes de sommeil pendant les règles ? Comment y remédier ? Rendez-vous sur ce dossier complet décryptant l’impact des troubles menstruels sur le sommeil.

Insomnie menstruelle : comment les règles affectent votre sommeil ?

Les insomnies menstruelles surviennent avant ou pendant les règles en raison de bouleversements physiologiques.

Le SPM et les difficultés de sommeil

Le syndrome prémenstruel, appelé également SPM, correspond à une série de symptômes précédant les règles et qui se prolonge pendant ces flux. Nerfs à fleur de peau, ventre en compote, mal de tête lancinant… Les réjouissances abondent, laissant l’entourage dans l’incompréhension. Cette période difficile peut durer deux semaines et reprendre à chaque cycle. La fatigue finit par prendre le dessus et empiète sur notre vie familiale, professionnelle et sociale. D’ailleurs, sachant comment on parvient à associer sport et sommeil, on explique mieux ces insomnies lorsque les douleurs menstruelles nous privent d’activités physiques.

Dans les cas extrêmes, le SPM prend la forme d’un trouble dysphorique prémenstruel (TDPM). La qualité du sommeil est alors fortement dégradée pour les personnes atteintes de saignements mensuels abondants et de symptômes invalidants.

Des règles douloureuses qui empêchent de dormir

Le problème des règles douloureuses affecte de nombreuses femmes, dès leur plus jeune âge. D’ailleurs, on dénombre entre 50 et 70 % d'adolescentes déclarant souffrir lors des menstruations de façon permanente ou occasionnelle1. Les douleurs menstruelles, ou dysménorrhée, prennent des degrés d’intensité différents : sous leur forme légère, vous pouvez ressentir une gêne ou de faibles tiraillements.

Lorsqu’ils vous empêchent de dormir, ces problèmes surviennent sous forme de crampes abdominales ou de spasmes dans le bas-ventre. Dans les cas extrêmes, les dysménorrhées peuvent atteindre le dos et les cuisses. Vous souffrez régulièrement de douleurs pelviennes en fin de règles ? L’endométriose guette peut-être. Un avis médical s’impose.

Règles douloureuses et sommeil

Des menstruations abondantes inconfortables

Il arrive que les règles soient si abondantes qu'elles perturbent les jours et les nuits de la femme indisposée. Avec des flux menstruels importants, vous devez vous lever pendant la nuit pour changer vos protections périodiques. C’est le cas en cours de puberté ou en présence de polypes, de fibromes de l’utérus et même de stérilet en cuivre. Certaines personnes subissent aussi de longues durées de menstruations, au-delà des trois à sept jours habituels. On parle dans ces deux cas de ménorragie, un phénomène particulièrement invalidant pour le sommeil de la femme réglée.

Combien de femmes sont touchées ?

L’insomnie menstruelle est un problème majeur pour les femmes. Des recherches réalisées par la National Sleep Fondation2 soulignent que 23 % des femmes consultées déclarent avoir un mauvais sommeil dans la semaine qui précède les menstruations. En période de règles, ce sont 30 % des personnes sondées qui indiquent mal dormir. Cet état perturbe le quotidien de 90 % des interrogées, autant sur le plan physique, émotionnel que sur le sommeil. Il est donc important de se pencher sérieusement sur ce problème féminin dégradant le sommeil sous les draps et les édredons en plume et duvet naturels.

Quelles sont les causes en lien avec votre cycle qui vous provoquent des insomnies ?

La majorité des troubles du cycle menstruel provient d’un bouleversement de la production hormonale. Tout particulièrement, le taux de progestérone augmente après la période d’ovulation et connaît une forte baisse avant et en cours de règles. Lorsque cette hormone diminue lors du cycle menstruel, vous peinez à vous endormir ou à trouver un sommeil profond. Vos nuits sont plus agitées.

Le niveau d’oestrogènes chute également au cours de la phase lutéale, cette période entre l’ovulation et la fin des règles. Leur diminution entraîne une élévation de la température corporelle, ce qui retarde l’endormissement. La production de mélatonine est aussi affectée. Or, c’est cette substance chimique qui joue un rôle essentiel dans la régularité des cycles du sommeil.

Comment remédier à ces troubles du sommeil ?

Un mauvais sommeil pendant les règles peut être soigné. Quelques gestes simples suffisent pour retrouver des nuits paisibles.

Adopter une hygiène de sommeil régulière

En présence de phénomènes menstruels invalidants, vous pouvez parfois atténuer les symptômes en instaurant des routines régulières de sommeil. Par exemple, partir au lit tous les soirs à heure fixe, prévoir des séances de relaxation et se mettre dans de bonnes conditions pour dormir. Un environnement sans écran, une température de chambre modérée ou une pièce isolée de la lumière et du bruit contribuent à retrouver un bon sommeil.

Des réflexes simples comme de la luminothérapie naturelle en plein jour aident à renforcer la qualité des nuits, tout comme l’activité sportive. Savez-vous que vous pouvez également gérer vos insomnies grâce à une cure thermale ? Les méthodes développées à cette occasion soulagent parfaitement votre défaut de sommeil pendant les règles.

A lire aussi : Gérez vos insomnies et problèmes de sommeil grâce à une cure thermale

Préférer une alimentation de qualité

À l’approche de vos règles, vous pouvez adopter un régime contre les insomnies vous permettant d’améliorer votre sommeil. Un repas léger en fin de journée vous aide à mieux digérer et ainsi à vous endormir plus facilement, y compris lors des périodes de règles. Si vous êtes sujette aux symptômes prémenstruels, privilégiez une alimentation peu salée pour limiter la rétention d’eau, responsable des gonflements et des tensions dans le corps. Réduisez par ailleurs votre consommation d’alcool, de tabac et de caféine, véritables boosters de désagréments menstruels.3

Recourir à la phytothérapie

Avant de vous tourner vers des anti-inflammatoires ou des contraceptifs hormonaux, vous pouvez tester la phytothérapie afin d’atténuer les troubles du sommeil lors des menstruations. Entre autres, le gattilier est reconnu pour ses pouvoirs rééquilibrants des hormones féminines, minimisant par la même occasion le syndrome d’avant-règles ou les douleurs des seins.

Autrement, l’achillée millefeuille réduit les crampes et les règles douloureuses grâce à son action antispasmodique et anti-inflammatoire. Si vous voulez éradiquer les sensations de ballonnements et de rétention d’eau, pensez aux huiles d’onagre et de bourrache. Néanmoins, ces plantes contenant des principes actifs, il est toujours plus prudent de recueillir l’accord de votre médecin traitant ou de votre gynécologue avant d’y avoir recours.

Éliminer les insomnies prémenstruelles est tout à fait possible en adoptant des gestes simples d’hygiène de sommeil. Pour les formes les plus graves, un avis médical vous aidera à soulager les troubles des règles et du sommeil. Avec toutes ces cartes en main, vous voilà prête à dormir d’une traite sous vos couettes naturelles en duvet, même en période de règles !

1Statistiques Ameli

2National Sleep Fondation - PMS and insomnia

3Information publique de santé - Santé.fr

Partager ce contenu